Blog Banque Finance

 
  • Accueil
  • > banque
  • > les banques françaises face à la crise grecque

les banques françaises face à la crise grecque 17 avril, 2010

Classé dans : banque — banquefinance @ 19:29

la lumière des risques existants, nous avons revu – et globalement confirmé – nos prévisions.

BNP PARIBAS

Notre prévision de bénéfice net pour 2009 est prudente puisque nous n’attendons qu’une légère progression, à près de 5,9 milliards d’euros (+1%), en raison de conditions de marché, notamment sur les obligations d’entreprises, moins favorables.

Nous attendons en revanche un véritable rebond en 2011 (+35%), notamment grâce aux effets de l’intégration de Fortis. Cependant, cette prévision fait apparaître un niveau de marge nette de 18,5%, inférieur aux niveaux enregistrés entre 2000 et 2007 (de 19 à 27%), ce qui nous paraît donc constituer une prévision raisonnable.

CRÉDIT AGRICOLE SA

Après un bénéfice net de 1,1 milliard en 2009 et 1 milliard en 2008, contre 4 milliards en 2007, ce n’est qu’en 2010 et 2011 que les résultats remonteront franchement, grâce notamment à la fin des effets de la crise du subprime. Nous attendons respectivement 2,5 et 4 milliards d’euros de bénéfice net, inférieurs aux attentes du marché. La marge nette atteindrait 18% en 2011, loin de ses niveaux de 2004 à 2008.

SOCIÉTÉ GÉNÉRALE

La banque a patiné en 2009, manquant le rendez-vous de son redressement. Malgré la persistance de risques liés aux actifs à risque, nous tablons sur une nette remontée des résultats en 2010 (2,5 milliards) et 2011 (4,2 milliards). La marge nette, à 17,5%, resterait inférieure aux plus-hauts de 23% enregistrés en 2006 et 2007.

NATIXIS

A la suite desmesures de restructuration, nous attendons le retour aux bénéfices cette année à 800 millions d’euros, puis à 1,2 milliard en 2010. Ces bénéfices sont bien inférieurs aux attentes d’une partie de la communauté financière, mais ils font ressortir des niveaux de marge nette déjà très importants pour l’établissement, à 20%.

DEXIA

L’établissement est sorti du rouge en 2009 avec un bénéfice net de 1milliard d’euros.Cependant, l’avenir est très incertain. La banque doit continuer à céder ou à arrêter un grand nombre de ses activités et revoir complètement sa politique de refinancement en passant du court au moyenlong terme. Compte tenu de ces incertitudes, nous anticipons pour 2010 et 2011 des bénéfices globalement stables.

 

Commentaires desactivés.

 
 

Economie finance du Maroc e... |
FGR, Formation montluçon, F... |
rachat or paris 9ème |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Vente de cigarettes en lign...
| Expertise marketing & c...
| Le verre et l'énergie photo...